Le blog des collectivités et des citoyens
Aménagement des lieux de vie collectifs
Gestion économique intelligente

Déploiement des tiers-lieux, le coup d'accélérateur

14 octobre 2019
Aménager ses lieux de vie

Parce qu'ils favorisent l'activité économique et le lien social, les tiers-lieux peuvent constituer un véritable levier de dynamisation des territoires, qu'ils soient ruraux, urbains ou périurbains. Le gouvernement l'a bien compris. Aujourd'hui il entend accélérer le déploiement de ces espaces de travail partagé hybrides, publiques et/ou privées, qui se développent depuis plusieurs années de façon spontanée. Le programme s'appelle « Nouveaux lieux, nouveaux liens ». Il est porté par le ministère de la Ville et du Logement et le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens »

Le programme interministériel pour le déploiement des tiers-lieux fait suite au rapport « Faire ensemble pour mieux vivre ensemble» remis en 2018 par la Fondation Travailler autrement. Il présente une série de mesures visant à structurer la filière et à soutenir le développement et la création d'espaces partagés partout en France. L'implantation de tiers-lieux est actuellement très hétérogène selon les régions. On estime à 1800 le nombre de tiers-lieux en métropole. La Fondation Travailler autrement en a identifié 1400 :

  • Ile-de-France : 316,
  • Nouvelle-Aquitaine : 222,
  • Auvergne-Rhône-Alpes : 200
  • Occitanie : 163
  • PACA : 127
  • Bretagne : 86
  • Bourgogne-Franche-Comté : 67
  • Grand Est : 67
  • Pays de Loire : 62
  • Centre-Val de Loire : 37
  • Normandie : 28
  • Corse : 7.

« Avec le lancement d’un programme spécifique sur les tiers lieux, «Nouveaux lieux, nouveaux liens», le gouvernement reconnaît l’importance de ce mouvement de fond qui transforme nos territoires. Ces lieux représentent un véritable potentiel de reconquête économique. Ils épousent les évolutions les plus récentes de notre société : la transition écologique, le numérique, l’apprentissage par « le faire », le travail indépendant et les nouvelles activités... » - Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales & Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement

Une nouvelle instance : le Conseil national des tiers-lieux

Créé en juin 2019, le Conseil national des tiers-lieux est composé d'acteurs et porteurs de projets représentatifs de l'ensemble des régions et des activités développées dans les espaces partagés : coworking, fablab, culture, numérique éducatif, économie sociale et solidaire... Il s'agit d'une assemblée provisoire de dialogue avec les pouvoirs publics. Parallèlement, une association nationale va voir le jour pour faciliter le développement d'outils communs aux tiers-lieux et favoriser l'émergence de réseaux territoriaux. Les deux instances travailleront ensemble et auront vocation à faire émerger une instance de représentation pérenne.

300 fabriques de territoire

L'identification de 300 fabriques de territoire d'ici 2022 est une des mesures phares du plan de déploiement des tiers-lieux. Ces fabriques ont vocation à être des lieux ressources pour des porteurs de projets, des lieux de formation et d'apprentissage et des lieux d'inclusion numérique. 150 d'entre elles seront implantées dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, l'autre moitié dans des territoires non métropolitains. Un appel à manifestation d'intérêt sur 3 ans va être lancé auprès d'espaces partagés existants ou en projet. Les structures recevront une subvention de 75 000 à 150 000 euros, pour un budget total de 45 millions d'euros.

30 fabriques numériques

Accès aux droits et aux services publics numériques, formation, apprentissage du code, entrepreneuriat, participation citoyenne, accès à la culture et aux savoirs... 30 fabriques numériques de territoire seront déployées dans les quartiers de la politique de ville. Elles proposeront diverses activités autour du numérique aux habitants et aux professionnels.

Une maison France Services par canton

Pour améliorer l'accueil de proximité et l'accompagnement aux démarches administratives, l'Etat souhaite installer au moins une maison France Service par canton. Ce sont des tiers-lieux administratifs regroupant au moins 9 opérateurs publics (dont La Poste, Pôle emploi, CNAF, CNAV, CNAM, MSA, ministères de l’Intérieur, de la Justice et services fiscaux...) Chacune bénéficiera d’une subvention de 30 000 euros par an.

100 « campus connectés » en 2022

Pour les étudiants qui ne peuvent pas se déplacer ou trouver un logement dans les grandes villes, l'idée est de développer des campus connectés, labellisés par le ministère de l'Enseignement supérieur. Ces tiers-lieux permettent de suivre des formations de premier cycle à distance tout en offrant un encadrement, pour la réussite universitaire. Chaque projet bénéficie d’une subvention d’amorçage de 50 000 euros, plus 1 000 euros par étudiant et par an, sur trois ans.

Objectif 1 000 « Micro-Folies »

Nouveaux lieux culturels, les Micro-Folies associent un musée virtuel, un espace scénique, une médiathèque et un fablab. L’État accompagne financièrement les collectivités dans leur implantation sur leur territoire. L'objectif est d'en déployer 1000 en 5 ans.

Des soutiens financiers sur-mesure

Pour densifier le maillage des tiers-lieux sur l'ensemble du territoire, le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens » propose différents leviers financiers. Ils doivent permettre de lever les obstacles à la création ou au développement des espaces de travail partagé, selon leurs problématiques propres.

Le soutien à l’investissement

Pour aider les tiers-lieux dans l'acquisition d'espaces et les travaux d'aménagement, 50 millions d'euros sont mobilisés sous forme de subvention d'investissement. Les collectivités territoriales pourront en bénéficier. Action Logement finance l’investissement dans les espaces de coworking.

Les fonds propres

Amundi crée un fonds d’investissement socialement responsable (ISR) abondé par l'Etat à hauteur de 50 millions d'euros, pour financer le développement de tiers-lieux privés.

Les recettes d’exploitation

L’Etat s'engage à organiser des missions de service d'intérêt général dans des tiers-lieux pour permettre aux structures de consolider leurs comptes d'exploitation. Par exemple, des formations destinées aux chômeurs de longue durée et aux jeunes éloignés de l'emploi pourront être effectuées dans des tiers-lieux, rémunérés pour la location d'espaces.

La mise à disposition de locaux

Si un collectif porteur de projet ne dispose pas encore d'espace physique, l’Etat expérimente la mise à disposition de lieux vacants (ancien tribunal, bureau, friche…) dont il est propriétaire. Il entend par ailleurs organiser une bourse aux locaux, avec des partenaires privés tels que SNCF Immobilier, pour permettre aux porteurs de projets de concrétiser leur initiative.

Penser l'aménagement d'un tiers-lieu

Avec les dispositifs d'appui financier du programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens », l'Etat s'engage notamment à faciliter l'acquisition d'espaces, et à donner les moyens de leur aménagement.

Des espaces modulables

Avant de se lancer dans l'agencement d'un espace de travail partagé dans sa commune ou dans son quartier, il ne faut pas perdre de vue que les tiers-lieux ont cette particularité d'être des projets en permanente évolution. Ils doivent pouvoir accueillir de nouvelles activités selon les nouveaux besoins qui émergeront sur un territoire à court, moyen ou long terme. Par ailleurs, au cours d'une même journée une salle pourra changer de fonction et d'usage, accueillant par exemple un service public le matin et un atelier créatif l'après-midi. Il est donc essentiel de ne pas figer l'aménagement, en privilégiant des cloisons amovibles et du mobilier facilement déplaçable par exemple. Les espaces doivent donc être pensés pour être évolutifs et modulables.

Matérialiser l'esprit des tiers-lieux par leur agencement

Qu'il s'agisse d'espaces de coworking, de fablabs, d'espaces partagés culturels, numériques, administratifs ou généralistes, les tiers-lieux cultivent tous ce point commun de se vouloir accueillants, ouverts et bienveillants. Leur but est également de faciliter les rencontres, de générer des échanges et les projets communs. L'aménagement d'un tiers-lieu implique ainsi de conjuguer espace de l'intime et espace collectif, afin de favoriser l'émancipation individuelle autant que la coopération.

Crédits photos : Adobe Stock

Vous allez aimer aussi
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}
Laissez un commentaire