Le blog des collectivités et des citoyens
Aménagement des lieux de vie collectifs
Gestion économique intelligente

5 tiers-lieux responsables axés sur le développement durable

9 mars 2020
Se sensibiliser à l'environnement

Souvent lancés à l’initiative de mairies ou d’associations, les tiers-lieux se multiplient un peu partout en France (et en Europe !) avec toujours une même ambition : favoriser le mieux vivre ensemble. Chaque tiers-lieu a sa spécificité. Zoom sur cinq d’entre eux, porteurs d’une forte volonté de promouvoir le développement durable et une économie socialement responsable.

#1 - La REcyclerie : un lieu de vie pour apprendre à consommer autrement

Installé depuis 2014 porte de Clignancourt à Paris sur une ancienne gare de la Petite Ceinture, La REcyclerie accueille chaque jour des dizaines de visiteurs sur ses différents espaces de partage. L’objectif des créateurs de ce tiers-lieu est de promouvoir auprès du public un mode de vie durable et écologique, avec notamment une autre manière de consommer. On vient à la REcyclerie pour se rencontrer, visiter une exposition, écouter une conférence, manger un morceau, participer à une brocante... Le fonctionnement de ce tiers-lieu s’appuie sur 3 « R » : Réduire, Réutiliser, Recycler. Car oui, comme son nom l’indique, à La REcyclerie, on recycle. On répare. Et finalement, on crée, à partir de déchets dont la quantité se trouve ainsi considérablement réduite. L’idée est de mettre en place une économie circulaire, où l’on jette moins, voire pas du tout, et où l’on peut consommer de manière raisonnée, donc raisonnable, selon ses besoins. Une économie responsable, avec des circuits courts permettant même de manger local en ville : une ferme urbaine s’étale sur près de 1000 m2, avec un poulailler, une forêt comestible, et une prairie mellifère pour accueillir comme il se doit nos amies les abeilles actuellement menacées. Au total, la ferme produit près de 3 tonnes de fruits et légumes et 4000 œufs par an, utilisées notamment par le restaurant (le Café-Cantine), dont les déchets nourrissent les animaux de la ferme... La boucle est bouclée !

#2 – Recréer du lien social et de l’activité dans un ancien entrepôt : le Crystal Forest Office en Hollande

Cet ancien entrepôt situé aux Pays Bas a été réhabilité en espace de travail collaboratif, à la fois coworking et pépinière d’entreprise. Une agence d’ingénierie hollandaise l’a réaménagé pour en faire un espace neutre en énergie, c’est-à-dire qui n’a besoin que de très peu d’énergie pour fonctionner, par exemple pour maintenir une température et une qualité de l’air satisfaisante au fil des saisons. Avec la présence massive de plantes cultivées de manière hydroponique (comprendre « hors-sol »), de grandes baies vitrées et de panneaux solaires, il règne dans cet espace une atmosphère apaisante propice au travail collaboratif, à l’aménagement de coworkings et à la créativité. Cet exemple est particulièrement intéressant car il aborde la réhabilitation de bâtiments industriels dans de très nombreuses villes du monde, où l’ère de l’industrialisation a laissé de vastes entrepôts vides, désaffectés et pour l’heure souvent inutiles. Que faire de ces bâtiments impressionnants, parfois même inspirants, mais dont la structure et les fonctionnalités ne sont plus aux normes en termes de santé et de sécurité ? Ils n’ont pas été conçus comme des lieux de vie, et leur aspect monumental complique toute volonté d’adaptation. Le Crystal Forest Office nous donne ainsi quelques idées pour faire de ces espaces des lieux vecteurs de lien social et de dynamisme économique.

#3 - Sew & Laine : Tiers-lieu dédié à la filière textile écoresponsable

Sew&Laine se définit comme le « Tiers-lieu des cultures textiles engagées ». Son nom associe anglais et français (« sew » veut dire coudre) pour composer un prénom anglo-saxon facile à mémoriser. Combinant fablab, coworking et ateliers partagés, Sew&Laine est installé à Bordeaux sur 500 m2. Ce tiers-lieu accueille une communauté de public et de professionnels engagés pour une filière textile écoresponsable, numérique et innovante. Les visiteurs s’y rencontrent lors d’une conférence ou d’un événement, toujours organisés dans l’optique de les sensibiliser à la construction de la filière textile de demain. Les usagers viennent donc non seulement écouter, apprendre et partager, mais aussi fabriquer, tester et innover dans le fablab comme dans les ateliers. L’association à l’origine de se tiers-lieu soutient aussi les entrepreneurs cherchant à définir une nouvelle offre textile, en repensant tout notre rapport à cette industrie dont Sew & Laine rappelle qu’elle est la « 2e industrie la plus polluante du monde ». Dans le collimateur notamment : le phénomène de fast-fashion, à l’opposé des valeurs de l’association. Le tiers-lieu crée un nouvel écosystème où le maître mot est de « faire ensemble ».

#4 - Un tiers-lieu en plein air : le square V. Woolf à Montreuil

Situé sur une ancienne friche, le square V Woolf a été conçu et construit dans le Bas Montreuil avec l’agence Ville Ouverte et le collectif Dérive, composé de scénographes, architectes et paysagistes. A l’origine du projet, il y a une demande émanant des résidents du quartier : ils ont sollicité la mairie pour faire de ce lieu à l’abandon un « espace agréable et praticable par tous », explique le collectif Dérive, chargé par la ville de bâtir les lieux avec clôtures, bancs, abris et modules de plantation. Les images publiées sur le site du collectif parlent d’elles-mêmes : prises pendant la phase de construction, les photos montrent des habitants du quartier réunis autour du projet, mettant la main à la pâte, utilisant le bois pour construire abris, espaces pique-nique et installations ludiques pour les enfants. Sur d’autres images, on les voit profiter des lieux, espaces de rencontre et de partage. Ici, on jardine, on mange, on discute, on joue, on rêve. Voilà qui illustre parfaitement l’idée du tiers-lieu, espace collectif partagé. Comme l’explique le collectif Dérive : « Notre travail porte essentiellement sur le lien entre les considérations spatiales (formes, échelles, esthétique, matérialité, mise en œuvre) et les aspects humains (usages, écoute, pédagogie, pluralité sociale, culturelle et générationnelle), en essayant d’en tirer une synthèse reconnue et accepté de tous, parce que validée collectivement ».

#5 - Le Coworkcrèche, premier coworking « parents friendly » à Paris

Le coworking est un lieu de travail mais aussi un lieu de vie, un espace d’échanges et de rencontres entre professionnels indépendants ou membres de startups en croissance. Parmi ces usagers, certains peinent à faire garder leurs enfants en bas-âges. Faciliter la vie des parents en leur proposant un espace de travail accompagné d’un service de crèche : c’est la raison d’être du Coworkcrèche, premier espace de coworking « parents friendly » à Paris. Ce tiers-lieu a ouvert ses portes le 1er juin 2015 dans le 11ème arrondissement. Sur 300 m2, il offre ainsi aux jeunes actifs, parents d’enfants en bas âge, un espace de travail lié à une crèche associative. Voilà un tiers-lieu socialement responsable, qui va soutenir l’activité professionnelle de bon nombre de jeunes mamans et papas de retour au travail après l’arrivée de bébé. La responsabilité sociale de cet espace saute aux yeux, y compris en termes de pollution : moins de déplacement de parents courant de leur bureau jusqu’à la crèche ou chez la nounou : voilà qui va faire baisser leur empreinte carbone (et leur niveau de stress). En proposant ainsi plusieurs services dans un même endroit, le Coworkcrèche a aussi pour objectif de « favoriser la vie de quartier et de recréer du lien social de proximité », comme l’expliquent les porteurs du projet sur Ulule, la plateforme de crowdfunding utilisée dans le financement de ce coworking pas comme les autres.

Crédits photos : Pinterest & Adobe Stock

Vous allez aimer aussi
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}
Laissez un commentaire