Le blog des collectivités et des citoyens
Aménagement des lieux de vie collectifs
Gestion économique intelligente

Strasbourg et Lille : deux fleurons de la ville verte à la française

24 février 2020
Se sensibiliser à l'environnement

Les métropoles lilloise et strasbourgeoise figuraient parmi les trois finalistes au titre de capitale verte européenne 2019. Depuis plusieurs années, voire décennies, chacune mène une politique volontariste et audacieuse en faveur d’un développement durable alliant protection de l’environnement et qualité de vie des habitants.

STRASBOURG

Souvent citée à la 3e place des villes les plus vertes de France après Angers et Nantes, Strasbourg est une référence. Avec 116 m² d’espaces verts par habitant, soit deux fois plus que la moyenne nationale, la ville a initié il y a trente ans une dynamique de transformation autour de l’environnement. Elle s’affiche aujourd’hui comme un territoire « oasis » où la nature sous toutes ses formes est préservée. Inauguré fin 2014 autour d’un bassin de 1,5 hectare, le parc du Heyritz (8,7 ha), par exemple, entretient un lien fort avec l’eau : ponton flottant de 300 mètres de long, jardins aquatiques, sports nautiques, etc.

Strasbourg se veut aussi un territoire bas carbone. La collectivité mise assurément, et depuis longtemps, sur les mobilités douces et les énergies renouvelables. Elle pratique un urbanisme durable où le renouvellement des territoires prime sur l’étalement urbain. Une zone à faibles émissions entrera aussi en vigueur progressivement entre 2021 et 2025. Interdisant aux véhicules les plus polluants l’accès à la ville, cette mesure contribuera à y améliorer la qualité de l’air. Territoire de croissance verte enfin, Strasbourg entend stimuler l’innovation, l’économie circulaire et responsable et l’agriculture locale. 75 % des marchés publics de la Ville et de l’Eurométropole comportent aujourd’hui des clauses environnementales. Portant sur quelque 370 millions d’euros d’achat par an, cette exigence incite les acteurs économiques à mettre en œuvre des stratégies et des solutions vertes.

La voiture individuelle bannie de l’écoquartier Danube

Créé sur un ancien site portuaire, l’écoquartier Danube se distingue notamment par sa politique de mobilité. 520 places de parking sont disponibles à la périphérie, aucun stationnement (hors livraisons et personnes à mobilité réduite) n’étant prévu et encore moins autorisé sur la voirie à l’intérieur du quartier. Seules les déposes-minute en voiture en pied d’immeuble sont possibles. Accueillant des places, des aires de jeux ou encore des jardins, l’espace public est ainsi dédié prioritairement aux piétons et aux cyclistes. Une station d’autopartage encourage également les modes de déplacement alternatifs.

Un plan piéton pour les nouvelles opérations d’urbanisme

D’ailleurs, la Ville s’est dotée en 2012 d’un plan qui vise à favoriser la marche. Une nouvelle charte d’aménagement des espaces publics applicable dans les projets de rénovation des voies prévoit notamment que 50 % de l’espace public soit consacré aux piétons (et aux vélos bien sûr). Cet objectif va de pair avec le développement du réseau des voies praticables à pied, qui doit accroître la perméabilité piétonne de la ville en facilitant les franchissements (ZAC, infrastructures, voies d’eau), la traversée des carrefours et en évitant les impasses, sans oublier la sécurisation des axes routiers les plus fréquentés.

LILLE

Autre ville « écolo » mais cette fois-ci plus au nord : Lille. Depuis l’adoption de son premier agenda 21 en 2001, Lille n’a de cesse de promouvoir une ville verte et résiliente, solidaire et circulaire, apaisée et respirable.

La végétalisation progressive des écoles

L’objectif de la Ville est de « débétonniser » les établissements scolaires. 73 écoles sur 79 le sont déjà ou ont été pourvues d’espaces verts lors de leur conception, de sorte à créer des îlots de fraîcheur. Le bois est également introduit dans les cours d’école car il restitue moins de chaleur en cas de fortes températures. Des façades végétalisées ont en outre été installées dans 15 établissements. Et près de 2 écoles sur 5 disposent aujourd’hui d’un jardin potager à vocation pédagogique.

Une pépinière urbaine

Une pépinière urbaine, hors sol, a été installée dans le Vieux-Lille. Elle accueille, pour favoriser leur développement, plus de 40 jeunes arbres dans 23 pots, qui seront réimplantés dans les nouveaux aménagements urbains.

La limitation à 30 km/h

Du 19 août au 31 octobre 2019, les rues de Lille passent progressivement à 30 km/h. 9 rues sur 10 sont concernées par le programme. La Ville a confirmé en juillet dernier que « le plan de circulation a déjà permis de réduire de façon significative le trafic automobile sur les voies secondaires du centre-ville : -78 % rue Faidherbe, -75 % dans le secteur des gares, -30 % rue Nationale ou encore -25 % rue de Gand ». Un pas de plus vers la création de nouvelles pistes cyclables !

Crédits photos : Adobe Stock

Vous allez aimer aussi
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}
Laissez un commentaire