Le blog des collectivités et des citoyens
Aménagement des lieux de vie collectifs
Mieux vivre ensemble

Facilitateur de tiers-lieu, un nouveau métier - Interview d'Anthony Deneau

20 janvier 2020
Collaborer

Les tiers-lieux se multiplient en France, avec une ambition : faciliter la rencontre entre des acteurs hétérogènes. Pour accomplir cette mission, ces structures sont de plus en plus nombreuses à embaucher des facilitateurs de tiers-lieu. Une nouvelle fonction qui requiert à la fois polyvalence, adaptation et qualités relationnelles. Anthony Deneau, facilitateur de tiers-lieu chez Cobalt, partage sa vision du métier.

Facilitateur de tiers-lieu, quésaco ?

Selon moi, un facilitateur de tiers-lieu est une personne qui facilite le lien et les échanges entre les différents utilisateurs d’un tiers-lieu. A Cobalt, cela concerne une population variée : les co-workers ou travailleurs indépendants, les adhérents du SPN (Réseau des Professionnels du Numérique), les étudiants, les locataires de bureaux… Qu’on l’appelle facilitateur ou animateur de tiers-lieu, le fil rouge est le même. Il s’agit de la gestion de la structure et de l’animation de sa communauté.

Les principales missions d’un facilitateur de tiers-lieu

A mon poste (cela peut varier d’un facilitateur de tiers-lieu à un autre), j’ai quatre grandes missions :

Créer du lien

J’anime le réseau Cobalt en tissant du lien avec ses utilisateurs et en répondant à leurs diverses demandes. Pour ce faire, j’organise des moments d’échange et de rencontre : coluch, événements sur des sujets en lien avec l’expertise des coworkers

Créer une programmation

J’organise de nombreux événements en m’appuyant sur notre communauté, pour favoriser les rencontres et les collaborations. Cela prend la forme de conférences, d’ateliers, débats sur des sujets Numérique Innovation et Entrepreneuriat

Commercialiser les offres de Cobalt

Je définis et mets en oeuvre les process de commercialisation de de l’ensemble des services de Cobalt. Je pense notamment à la location d’espace de co-working, de bureaux, de salles de réunion ou encore d’espace événementiel, la domiciliation d’entreprises...

Manager les équipes

Je m’occupe de trois jeunes étudiants. Mathis et Benjamin, en Service Civique, et Sarah, alternante en communication, que j’accompagne au quotidien. Pour accomplir ces missions, je suis soutenu par l’ensemble des équipes du SPN. Par exemple, je suis épaulé par Cécile sur la partie gestion et comptabilité ou encore par Lisa Harel, la Directrice du SPN, sur la vision et la stratégie. Chaque permanent du SPN a un rôle à jouer dans la vie de Cobalt !

Un nouveau métier qui ne suit pas de parcours type

Aujourd’hui, il n’y a pas de parcours type pour devenir facilitateur de tiers-lieu. Ces dernières années, quelques formations ciblées sur le métier ont fait leur apparition mais il n’existe pas de cursus à proprement parler. Plutôt qu’un diplôme, je pense que c’est davantage une question de profils. Il faut avant tout être avenant et aimer les rencontres. Pour ma part, je suis devenu facilitateur de tiers-lieu chez Cobalt de façon tout à fait naturelle. J’ai suivi une licence en Sciences Economiques, puis un Master 2 en management des projets marketing. Mais surtout, dès ma 2 ème année de licence, j’ai intégré le SPN en stage, puis en alternance pour mon Master 2. J’ai d’ailleurs rédigé mon mémoire de fin d’année autour des thématiques de cet organisme avec pour sujet : « Quelle offre de services proposer dans le cadre du développement d’un tiers-lieu ? ». Lorsque mes études se sont terminées, j’ai eu l’opportunité de prendre ce poste.

Cela fait maintenant près d’un an et demi que je suis facilitateur de tiers-lieu chez Cobalt et je m’y épanouis pleinement. Ce métier a du sens, je me sens vraiment utile et j’ai la sensation de me faire des nouveaux amis tous les jours !

Le quotidien d’un facilitateur de tiers-lieu

Ma journée type commence vers 8h30. Les utilisateurs arrivent petit à petit dans les locaux. Dans la matinée, nous nous retrouvons dans le grand salon pour un événement, dédié aux entrepreneurs par exemple. Tout au long de la journée, j’accueille les usagers, je vais à leur rencontre, j’échange avec eux. J’essaie de favoriser au maximum le dialogue, via des moments spontanés ou organisés. Entre midi et deux, nous déjeunons ensemble. Enfin, Cobalt ferme au public à 18h mais il peut y avoir un nouvel événement (il y en a environ 2 à 3 par semaine) jusqu’à 22 heures. Aujourd’hui, je pense avoir une meilleure compréhension des tiers-lieux.

Ma vision a évolué d’une démarche purement commerciale à une approche communautaire. Mon leitmotiv est d’enrichir notre communauté pour permettre à tout un chacun de se développer !

Crédits photos : Cobalt

Vous allez aimer aussi
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}
Laissez un commentaire