Le blog des collectivités et des citoyens
Aménagement des lieux de vie collectifs
Sécurité des usagers

Établissements scolaires : 10 idées pour des repas plus calmes à la cantine

18 novembre 2019
Adapter l’acoustique

En France, le repas représente encore un moment privilégié, en famille, au travail… mais aussi à l’école. Cela nous différencie d’autres pays où les élèves avalent un sandwich sur le pouce, tiré de leur « lunch box », pendant une pause méridienne relativement courte. Manger tous ensemble, assis à table, c’est bien… mais c’est bruyant. Comment faire de la pause déjeuner un vrai moment de détente ? Voici quelques idées pour faire baisser le niveau sonore à la cantine, à adapter selon le contexte des établissements scolaires.

Interrogez un enfant de votre entourage sur l’ambiance à la cantine : dans 70 à 90 % des cas, il vous dira qu’il y a trop de bruit. Neuf enfants sur dix en primaire l’affirmaient en 2012. En 2018, 70% des enfants interrogés dans la commune de Saint-Amand-Montrond en Centre-Val-de-Loire ont déclaré la même chose. Ils trouvent le restaurant trop bruyant, un avis partagé par le personnel qui y travaille. Ce n’est pas qu’une impression : un rapport de l’ADEME estime que le niveau sonore à la cantine peut parfois atteindre 85 décibels (seuil de risque auditif).

Et pour cause : on sait bien qu’à l’heure du déjeuner, les plus jeunes ont envie de se défouler après une matinée de travail. Ils parlent fort et s’apostrophent, ils rient aux éclats. Les ados se racontent tout ce qu’ils n’ont pas pu se dire en classe. Les lycéens font le point sur les cours, les devoirs rendus et les dernières séries sorties sur Netflix. Tout cela dans une cacophonie de couverts et de vaisselle qui s’entrechoquent.

Comment concilier ce besoin qu’ont les élèves de décompresser, et la tranquillité requise pour que la cantine reste un lieu de bien-être et de convivialité ?

La question de la santé auditive des enfants n’est pas systématiquement en jeu (tous les réfectoires ne sont pas aussi bruyants et la durée consécutive d’exposition au bruit pendant le repas est relativement limitée). Mais quoi qu’il en soit, il est évident que les élèves ne peuvent pas se sentir bien dans ces conditions. Certains préfèrent expédier leur déjeuner. Ils mangent beaucoup trop vite. Cela impacte la digestion, l’assimilation des nutriments, favorise l’aérophagie et les douleurs gastriques… De quoi gâcher la suite de leur journée d’école. Le bruit est également générateur d’inconfort et de stress chez les enfants, ce qui peut entrainer anxiété et troubles du sommeil.

Sensibiliser les élèves aux méfaits du bruit et de la pollution sonore

La gestion du bruit à la cantine c’est aussi une affaire d’éducation. En ce sens, il est important d’en parler avec les enfants, et de leur expliquer l’impact du bruit sur la santé et le bien-être.

On peut ainsi :

1- En discuter en classe et organiser des activités de sensibilisation selon l’âge des élèves

  • Expliquer ce qu’est la pollution sonore ainsi que l’impact du bruit sur le système auditif.
  • Expliquer ce que sont les « décibels » et étudier le fonctionnement du sonomètre, avec des cas pratiques pour qu’ils associent bien le volume sonore de leur voix avec le niveau indiqué par l’appareil.
  • Rappeler en classe avant le repas que c’est très bien de se défouler, mais que c’est réservé à la cour de récré. Pour les plus grands, on rappelle aussi que les conversations animées doivent avoir lieu dans d’autres espaces que la cantine (espace détente, foyer des élèves,…)
  • Installer des panneaux amusants à l’entrée et sur les murs de la cantine pour rappeler que « Déjeuner dans le calme c’est plus agréable ». A noter qu’un guide pédagogique publié par l’ADEME propose des idées d’activités et d’ateliers pour les 8-12 ans au sujet du bruit.

2- Mettre en place un signal visuel qui indique quand le volume sonore est trop élevé

C’est ce qu’a expérimenté l’école primaire de Charolles en Saône et Loire dans sa salle de restauration. Une grande oreille lumineuse accrochée au mur et reliée à un sonomètre change de couleur selon le niveau sonore. Dans ce reportage, plusieurs enfants expliquent qu’être obligé de se taire, « c’est embêtant ». D’autres estiment que c’est « beaucoup mieux de manger quand il y a moins de bruit ». Quant au personnel de la cantine, il s’estime satisfait : apparemment, l’oreille lumineuse a davantage d’impact que leurs rappels à l’ordre exigeant le retour au calme. Ce dispositif ludique fonctionne donc plutôt bien (sauf quand les enfants tentent de faire passer l’oreille au rouge en criant le plus fort possible, explique-t-on dans le reportage).

Adopter une organisation, des aménagements et du matériel favorisant le calme et le silence

1- Repenser la circulation dans le réfectoire pour limiter les déplacements inutiles, notamment au collège et au lycée

Cela implique par exemple d’installer le point de dépose des plateaux près de la sortie de la salle, pour éviter les allers et retours des élèves. Ou encore, de mettre en place des allées de circulations bien dégagées permettant de rejoindre les tables facilement.

2- Mettre en place un ordre de passage des classes pour le déjeuner, pour limiter le nombre d’élèves présents en même temps dans la salle de réfectoire

Faire tourner cet ordre de passage au fil des mois, de manière à ce que ce ne soit pas toujours les mêmes classes qui mangent en premier.

3- Installer des faux-plafonds pour réduire le volume de la salle

Cela limitera l’effet « caisse de résonnance ». Attention évidemment à ne pas non plus créer un espace trop confiné avec des plafonds trop bas.

4- Si on en a les moyens, aménager plusieurs salles de restauration

Cela permet de limiter le nombre d’élèves rassemblés au même endroit au moment du déjeuner. Ce n’est pas à la portée de tous les établissements car cela suppose de bénéficier de beaucoup d’espace et de suffisamment de personnel pour surveiller les différentes salles. Mais si c’est envisageable, cela mérite vraiment d’être étudié.

5- Diviser l’espace de la cantine en micro-zones

Dès l’école primaire, la cantine correspond souvent à un vaste « open space » où tout le monde est installé en rang d’oignon sur de longues tablées, ou autour de tables rondes disposées à travers la salle. Diviser ce grand espace en plusieurs petites zones facilite la mise en place d’une ambiance calme, zone par zone. Au lycée, on peut séparer ces espaces par des cloisons anti-bruit, qui donneront un aspect plus « cosy » à la salle, sans toutefois trop isoler les groupes d’élèves les uns des autres.

6- Instaurer un système de récompense pour la table ou la zone la plus calme

Chaque mois, on s’arrange pour trouver une récompense vraiment motivante et un système équitable : par exemple, chaque élève contribuant à faire émerger une zone de calme fait gagner un point à sa classe. A la fin de chaque mois, on comptabilise les points de chaque classe. La classe gagnante remporte une sortie ludique.

7- Faire l’acquisition d’assiettes en matériaux légers moins bruyantes que la vaisselle classique

On évite bien entendu le plastique pour limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Certains fabricants se sont lancés dans les couverts et assiettes en matière végétale. Plus légers que la vaisselle traditionnelle, ces couverts et assiettes ont aussi une durée de vie plus longue que la vaisselle en plastique.

8- Adopter du matériel anti-bruit dans la salle de restauration

Plusieurs solutions peuvent être adoptées :

  • Appliquer un revêtement anti-bruit sur les murs, et faire intervenir des professionnels des aménagements collectifs pour savoir sur quels murs poser ces revêtements.
  • Pour éviter le crissement des chaises au sol, équiper les pieds des chaises avec des patins (ou des balles de tennis fendues).
  • On peut aussi choisir des assises fixes pour la cantines. Pour le petit primaire, il existe de très jolies tables-bancs multicolores ou à thème. Voilà qui donnera au repas un côté « pique-nique » : un clin d’œil ludique bienvenu pour les plus petits qui en resteront peut-être… bouche bée !

Crédits photos : Adobe Stock

Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}
Laissez un commentaire